Hubert Védrine attaque en justice ceux qui ont osé le questionner sur le Rwanda

Hubert Védrine, ancien secrétaire général de l’Elysée et ancien ministre des affaires étrangères

Vous pourriez penser que « l’affaire du Rwanda », ou plutôt le rôle que la France a joué pendant le génocide contre les Tutsi en 1994, est désormais résolue. 

Le président Macron, en rupture avec ses prédécesseurs, a en effet organisé cela « en deux temps, trois mouvements » :

Après avoir organisé une commission d’historiens pour reconstituer suffisamment de faits, il a conclu à un « désastre français » tout en écartant la complicité.

Dans le premier mouvement, une commission d’historiens accède à une grande partie des archives qui, jusque-là, avaient été soigneusement bouclées, bien que l’intervention était présentée comme humanitaire.

Le deuxième mouvement a consisté à présenter des conclusions claires, mais limitées dans leurs conséquences : une « responsabilité accablante » de la politique conduite par l’Elysée de l’époque, mais sans mettre en cause qui que ce soit, ni du côté politique ni dans les rangs des Armées qui avaient accepté d’être compromises, sans mot dire ou presque.

Enfin, dernier mouvement, un « discours historique » permettant de plier le sujet sur la scène politique nationale et internationale.

Le président Macron avait ainsi trouvé un accord avec son homologue rwandais, Paul Kagamé, pour partager le même dessein de sortir de cette impasse dans laquelle une politique aberrante avait conduit la France, à son insu…

Lire aussi : 27 mai 2021, le discours historique du président Macron au Rwanda met fin à 27 années de déni sur ce désastre français

Peu de responsables politiques ont essayé de contester cette démarche où l’Histoire nous attendait, et la société française découvrait consternée que nous avions un lien avec un autre génocide, après avoir laborieusement reconnu la responsabilité de l’Etat français durant la collaboration du maréchal Pétain.

Il est vrai que Paul Quilès, qui avait tenté d’enterrer cette affaire avec une mission « d’information » parlementaire, était déjà au bout de sa vie. L’amiral Lanxade, chef d’état-major de l’époque et plus proche conseiller militaire du président Mitterrand, comprenait l’intérêt de se faire oublier et se murait dans le silence, sans doute conscient qu’il échappait ainsi à un débat qui ne l’aurait pas épargné. 

Les militaires français, qui pour l’essentiel l’avaient fermé, et les quelques chefs qui avaient menti toutes ses années s’en sortaient mieux que bien : on ne leur demandait rien.

Un président Mitterrand malade et mal entouré 

Aucune action en justice ou politique n’était entamée pour décliner les responsabilités individuelles, après que fut dénoncée la « responsabilité accablante » d’une politique délirante, d’un président Mitterrand malade et mal entouré. 

Pas plus que ne furent remises en question les institutions de notre République qui permirent de telles errements. Les interventions extérieures restent la prérogative incontestée du président, et les contre-poids ou cordes de rappel semblent bien légers face au pouvoir discrétionnaire de l’Elysée, comme nous le rappellent les interventions actuelles du Mali à la Lybie.

L’accès aux archives est même durci, alors qu’il aurait pu constituer une garantie de connaissance publique de l’action de l’Etat qui engage notre société. 

L’affaire semblait donc entendue, et je regrettais simplement, comme la plupart des acteurs de cette affaire, que les responsabilités ne soient pas jugées, quand bien même le sujet historique ne faisait plus de doute. 

Nous attendîmes vainement que le Parti socialiste reconnaisse ce terrifiant échec de la politique mitterrandienne pour en finir avec des années de déni. Mais est-il encore capable de reconnaître quoi que ce soit, embourbé dans un passé qu’il ne sait pas dépasser ? 

« Fin de l’histoire » en tant que telle, même s’il reste beaucoup de travail aux historiens pour comprendre comment ce génocide a été rendu possible, cinquante années seulement après la Shoah et le « plus jamais ça ». 

Une réalité désastreuse qu’Hubert Védrine ne peut accepter ?

Représentant emblématique et médiatique de cette époque, Hubert Védrine a manifestement beaucoup de mal à s’y résoudre. Il est vrai qu’il était secrétaire général de ces années funestes pour la politique étrangère de la France. Encore aujourd’hui, il se vante d’avoir été « au cœur » de ce pouvoir, qui a pourtant failli face à un crime contre l’humanité, commis par ceux que l’Elysée avait décidé être « ses alliés ». 

Il aurait pu reconnaître, à l’instar d’Alain Juppé, s’être trompé. Il aurait même pu facilement se protéger, en rappelant qu’il était en charge de multiples dossiers et qu’il n’avait pas forcément consacré l’attention nécessaire à celui-ci, dont l’aspect dramatique lui aurait alors échappé. 

Lire aussi : Rwanda, Hubert Védrine sur le point de lancer une « contre-commission » pour fuir ses responsabilités et impliquer ceux qui pourraient se voir reprocher ce désastre français et les mensonges qui ont suivi ?

Mais ce serait sans compter avec les 27 années de déni qui suivirent le génocide et dont il fut un acteur clef, développant et diffusant des théories complotistes, dont le seul but était d’épargner la faillite de ce pouvoir. Un catalogue de faits alternatifs qui allaient nourrir les théories négationnistes : 

La « politique de paix » qu’il aurait défendue, tandis que l’armée française faisait secrètement la guerre aux côtés des futurs génocidaires. La volonté de trouver des accords (Arusha), que des conseillers de l’Elysée qualifiaient pourtant de « Munich ». 

L’acharnement à accuser Paul Kagamé d’avoir fait assassiner le président Habyarimana et « déclenché le génocide », alors que même l’expertise judiciaire diligentée par la France a montré que les missiles avaient été tirés d’un camp tenu par les extrémistes hutu, ces « unités d’élite » du gouvernement rwandais que des soldats français continuaient à former. 

Enfin, « l’intervention humanitaire » de la France ou plutôt de l’Elysée, l’opération Turquoise à laquelle je participais, qui permit de protéger la fuite des génocidaires, avant de les faire réarmer dans des camps de réfugiés de l’autre côté de la frontière, pour qu’ils puissent continuer « leur combat » : massacrer les Tutsi et tous ceux qui s’y opposaient. 

Lire aussi : Comment rétablir l’honneur de la France après que plusieurs de ses dirigeants aient soutenu les génocidaires du Rwanda ?

Des années de mensonges et de faux-semblants, de tentatives malsaines pour faire passer les bourreaux pour des victimes, et pas un seul regret. Pas même la décence de se taire, après que l’affaire ait été enfin publiée par le rapport Duclert, et officialisée par le discours du président Macron à Kigali. 

Un ancien ministre contre un ancien officier

De mon côté, ancien officier ayant décidé de témoigner pour que ces faits soient révélés et que les Français puissent juger par eux-mêmes du bien-fondé de cette politique, je souhaitais me retirer de cette polémique qui avait suffisamment duré et qui me semblait – politiquement – réglée. 

Mais l’ancien secrétaire général de l’Elysée attaque désormais en justice, alors que le débat est dépassé, ceux qui ont osé interroger le rôle qu’il a joué. Hubert Védrine attaque la docteur Annie Faure qui cherche depuis des années à faire la lumière sur les violences sexuelles faites aux femmes durant cette affaire. Il contribue probablement à l’acharnement contre le livre de Patrick de Saint-Exupéry qui sera attaqué pour la 34° fois en justice, aux frais du contribuable. 

C’est mon cas désormais, attaqué par Hubert Védrine en diffamation, pour vingt-quatre publications…

En réalité, cette attaque en justice a pour cœur la vision de cette affaire du Rwanda, qu’Hubert Védrine espère voir trancher par les juges, après qu’elle fut désavouée par les historiens et le chef de l’Etat. 

Car ce n’est pas Guillaume Ancel qu’il attaque, mais l’ancien lieutenant-colonel qui a osé témoigner que la version de l’ex-secrétaire général de l’Elysée et ministre des affaires étrangères était une fiction, arrangée pour masquer une réalité dont personne alors, – moi y compris –, n’imaginait l’ampleur. 

D’autres militaires ont témoigné, pas assez sans doute. L’adjudant-chef Prungnaud, le général Varret et bien sûr le général Sartre qui, de son aveu même, a largement sous-estimé les conséquences d’avoir été mené « aux portes de l’enfer ».

Mais il est vrai que, personnellement, j’ai nommé les quelques décideurs à qui il me semblait indispensable de demander des comptes, et que j’ai critiqué leur attitude de déni. J’aurais pu parler aussi de leur incroyable arrogance et de leur conception peu amène de la démocratie… mais j’étais encore une fois bien en-dessous de la réalité. 

Lire aussi : Soutien de l’Elysée aux génocidaires du Rwanda, Hubert Védrine n’est pas au courant « des détails ». 

Dans quelle étrange société vivons-nous si un ancien ministre veut imposer le silence à un ancien officier ou à une courageuse médecin ?

Hubert Védrine espère-t-il nous faire taire et donner comme exemple qu’on ne peut pas débattre publiquement de ce qui ne l’arrange pas ? A moins qu’il ne s’agisse pour lui bien plus que cette obsession d’avoir raison, et de le protéger d’un autre débat qui suivra logiquement celui du Rwanda : la guerre des Balkans, le siège de Sarajevo et les massacres de Srebrenica furent-ils d’autres conséquences de cette « realpolitik » qu’il croyait avoir réinventée et qui pourrait l’emporter ? 

[Audience au tribunal de Paris (Batignolles) le vendredi 18 fev 2022 à 13h30]


Lire enfin : Après le Rwanda, il est temps de faire la lumière sur la politique de la France en Bosnie et dans les Balkans

8 commentaires sur “Hubert Védrine attaque en justice ceux qui ont osé le questionner sur le Rwanda

  1. Cher Guillaume,

    Ce n’est que plus tard que je comprendrais pourquoi mon premier livre sur le génocide, « La mort ne veut pas de moi », alors qu’il ne s’agissait du témoignage de ce que j’ai vécu au Rwanda a si fortement dérangé la France et non les Français.

    Aujourd’hui je comprends tout grâce à tes écrits et tes conférences cher Guillaume. Je comprends tout grâce aux Français honnêtes comme toi, Patrick de Saint Exupéry et d’autres.

    N’acceptons pas que le peuple français soit confondu à cet Hubert Védrine qui est sans âme humaine. Je plainds ses enfants et ses générations qui devront assumer peut-etre un jour l’héritage d’un ancêtre indigne.
    Bon courage Guillaume, nous sommes nombreux derrière toi et d’autres Français comme toi.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Guillaume,
    Je n’ai pas lu sur le sujet depuis plusieurs mois et découvre ainsi à l’instant ton article, tu as évidemment tout mon soutien, au delà d’un commentaire, si je peux faire quelque chose, contribuer en quelconque manière, n’hésite pas !
    Bien cordialement

    J’aime

  3. C’est dommage que ce monsieur Vedrine refuse obstinément de reconnaître les faits, pourtant mis en lumière et étayés par des enquêtes sérieuses, notamment le rapport Duclerc .
    Continuer de faire fi des conclusions des juges Nathalie Poux et Marc Trevidic sur l’attentat du Falcon de Habyarimana qui a servi de prétexte pour exterminer les tutsi constitue une insulte à la mémoire des victimes du génocide contre les tutsi.
    Aussi monsieur Vedrine, en soutenant les fondements du negationnisme du dernier génocide du 20ieme siècle donne du levier à ses amis génocidaires dans leur recherche désespérée de réhabilitation.
    Il a beau attaquer en justice les braves français, comme Guillaume Ancel qui ont eu le courage de dénoncer la complicité de la France, la vérité triomphe toujours.

    J’aime

  4. Chapeau bas, Guillaume, tu es un grand Monsieur et l’histoire te donne déjà raison, n’en déplaise à ce négationniste. Il faut du coeur et de la dignité pour dénoncer l’insupportable, quoi qu’il en coûte. Ce pauvre Hubert Vedrine ne comprend pas (ou ne veut pas comprendre) qu’on ne peut pas réécrire l’histoire, aussi terrible soit-elle. On peut seulement accepter d’en prendre connaissance avec honnêteté et, si possible, en tirer les conséquences qui s’imposent pour que ses atrocités ne se reproduisent pas. Mais pour cela, il faut un minimum d’intelligence, de grandeur d’âme. Lui, l’ancien ministre gonflé de l’importance qu’il n’a plus, s’accroche depuis 27 ans à ses dénis. Sa responsabilité semble tellement énorme qu’il lui est insupportable de la regarder en face tant il faut de courage pour cela, courage que tu as eu, Cher Guillaume. Pas grave, tu as déjà gagné face à l’ancien « décisionnaire » qui descend toujours plus bas dans la fange morale alors que cela fait longtemps qu’il a perdu toute dignité et toute crédibilité. Nous tous qui connaissons l’histoire pour l’avoir vécue sommes derrière toi. Pour ma part, je le dis et redis inlassablement à qui veut l’entendre depuis 27 ans, tu as sauvé ma Maman et une partie de ma famille de l’enfer rwandais, au mépris de ta vie. C’est une dette qui ne s’efface jamais. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  5. Hubert Védrine compte-t-il sur le fait que, le temps de la procédure, le jugement de citoyens que vos tribunes, au milieu d’autres publications et interviews, a contribué à informer, sera suspendu pour lui laisser une chance de revenir en force avec ce déni dont les médias ne se font plus l’écho ? Pour ma part, je continuerai à vous accorder tout le crédit que valent votre témoignage de première ligne , tout comme celui de Patrick de Saint Exupéry, entre autres, et vos arguments très circonspects. J’ai le sentiment que, pour Védrine, c’est la tentative de la dernière chance pour rasseoir une réputation qu’il a lui-même largement contribué par son arrogance à défaire .

    Aimé par 1 personne

  6. Incroyable… Vraiment. Je n’ose pas trop en dire sur ce monsieur car apparement, il dégaine ses avocats plus vite que son ombre.
    Mon soutien à toi et à Saint-Exupéry, la vérité a éclaté en partie grâce à vous, maintenant elle prendra son dû avec elle.
    Merci d’avoir écrit et de nous avoir éduqué sur les actions de la France au Rwanda.

    J’aime

Répondre à Struk Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.