Ukraine, le calme avant la tempête

Vladimir Poutine est en échec, il doit trouver désormais une « victoire » pour conforter son opération spéciale de « dénazification » des Ukrainiens, qui ne lui avaient pourtant rien demandé…
Après avoir tenté de décapiter le gouvernement Zelensky et compris trop tard que celui-ci s’y était préparé, Poutine a lancé son armée qu’il croyait invincible pour s’emparer de la capitale Kiev, sans succès autre que d’avoir terrorisé la population.

Troisième phase d’une guerre injustifiée

Nous rentrons désormais dans la troisième phase de cette guerre que Poutine a déclenchée et qu’il n’arrive pas à gagner. Il affirme vouloir s’emparer (seulement) du Donbass, l’est du pays. Il va donc y consacrer ce qui reste de son armée, sérieusement étrillée par la résistance ukrainienne, pour écraser ce qu’il prétend libérer.

© Le Monde


Comme il l’a fait pour la ville de Marioupol, où les victimes se comptent en milliers, Poutine va faire détruire sous un tapis d’obus, de bombes et de missiles ceux qui osent lui résister. Et ses soldats, quand ils arriveront à avancer, vont consciencieusement tuer, violer et piller en toute impunité, puisque ces comportements abjects sont aussi les conséquences de sa politique de déni. Il nous a montré depuis vingt ans qu’il pouvait commettre les pires crimes, tout en accusant ses victimes.

Que pouvons-nous faire ?

La guerre est une « succession de saloperies », mais nous ne sommes pas obligés de les accepter pour autant. Nous pourrions commencer, – charité bien ordonnée –, par exclure de notre société ceux qui relaient la propagande de Poutine, notamment les soutiens du « rassemblement national » qui en réalité n’ont jamais caché leur proximité avec l’impérialisme russe de Poutine, peut-être même avec un peu de « nostalgie » pour la guerre et ses violences ?

Aymeric Chauprade est un des « penseurs » du Front National

Aider les Ukrainiens est fondamental pour résister à la menace que Poutine exerce sur la prospérité et la paix de nos sociétés. Mais l’aide ne peut être efficace que si elle est menée à grande échelle et sans forfanterie, à l’inverse des gesticulations de Boris Johnson aussi voyantes qu’inutiles.
L’Union européenne fournit à ce stade une aide à l’Ukraine qui est dix fois supérieure à tout ce que se vante de faire la Grande-Bretagne – même si son aide est bienvenue –, mais elle reste limitée en regard des besoins ukrainiens. Et le soutien des Américains est déterminant pour espérer contrer ces envahisseurs.
Dans ce cadre, le renseignement et la « cyber-guerre » se révèlent aussi importants que discrets. C’est ainsi que des interceptions de communication entre soldats russes ont permis de confirmer la « banalité » de leurs crimes – exécutions sommaires et toutes sortes d’exactions – quand le maître du Kremlin affirmait une fois encore qu’il n’en était rien.

Ne pas lâcher le Donbass pour une paix illusoire

Mais le risque le plus important est devant nous, celui de la « realpolitik » chère à Hubert Védrine et ses condisciples un peu moins obsolètes, ceux qui sont déjà prêts à lâcher le Donbass et tous les gages « exigés » par Poutine pour obtenir une illusion de paix.

Pas la peine de parler de « Munich », rappelons-nous simplement les massacres de Srebrenica en Bosnie lorsque ces conseillers privés d’humanité ont convaincu les dirigeants occidentaux de fermer les yeux sur les massacres commis tout proche de Sarajevo pour laisser les Serbes – soutenus par les Russes – obtenir les gages qu’ils voulaient pour la suite, sans jamais rien régler du conflit bosniaque.

Ce ne serait pas une solution de lâcher l’est de l’Ukraine, de créer ainsi une situation intenable et source continuelle de conflits. Ce serait surtout un très dangereux permis de tuer accordé à ceux qui l’ont utilisé pour attaquer un pays voisin, violer son intégrité, marquer au fer rouge une génération d’Ukrainiens par ces violences injustifiées.

La menace est en réalité à nos portes

Pendant ces jours de calme relatif, tandis que nous espérons tous oublier le sinistre écho des bombardements sur l’Ukraine, les troupes russes de Poutine sont en train d’acheminer le matériel, le carburant et les munitions qui leur font défaut pour reprendre cette offensive dans tout l’est du pays.

Lire aussi : comprendre en quelques mots les armements utilisés dans la guerre de Poutine contre l’Ukraine


Ne nous faisons pas d’illusion, la perte du croiseur  « Moskva », touché par des missiles ukrainiens en mer Noire, est une humiliation pour les Russes, mais pas un revirement dans cette guerre.
D’autant que pour la grande fête patriotique du 9 mai prochain en Russie, Poutine va essayer de rafler le plus de territoires possibles, au prix de massacres odieux, pour susciter ensuite le soulagement de l’occident à l’annonce qu’il pourrait se contenter seulement d’une partie de l’Ukraine.
Nous serions alors irresponsables d’écouter ceux qui ont toujours privilégié un gain aussi illusoire que provisoire – l’arrêt de cette guerre –, au lieu de chercher à neutraliser celui qui va encore déclencher ces tueries et les nier, un criminel nommé Poutine. Un criminel dont Marine Le Pen veut se rapprocher, pour nous « protéger » ?

La menace n’est pas qu’en Ukraine, elle est aussi à nos portes.


2 commentaires sur “Ukraine, le calme avant la tempête

  1. Bonjour Guillaume

    Tes articles sont toujours très éclairants, merci beaucoup.

    Je voudrais répondre à cet article en deux parties.
    J’attendais avant de te répondre, l’évolution dans le Donbass, et l’évolution de notre politique intérieure.
    Comprenons-nous bien, ces idées que je développe sont les miennes et en aucun cas je ne voudrais être proche d’un quelconque parti politique et encore moins celui de l’extrême droite, ni de Poutine non plus. Je ne cherche pas à politiser quoi que ce soit, j’écris juste ce que je pense.

    Aspect global
    Pour ma part, et je reprends ici une phrase prononcée par Michel Goya et entendue sur France Inter ce matin; il est possible que Vladimir Poutine dans son futur discours du 09 Mai, évoque l’idée d’une « Guerre ». Une sorte de « guerre généralisée » développée par le monde occidental contre la Russie.
    C’est, je pense, un point à ne pas ignorer. Les pays de l’Otan s’enorgueillissent de vendre ou céder leur stock d’armes à l’Ukraine (sans dire que ces stocks, certes opérationnels, n’en sont pas moins obsolètes). A cela s’ajoutent les américains. Mais pourquoi se mettent-ils à vendre des armes de dernière génération aux ukrainiens ? A part, mettre en évidence leur volonté de montrer leur toute puissance (économique et scientifique et du coup s’approprier des marchés actuellement détenus par la…France), je ne vois pas trop leur intérêt ? En revanche, du côté des russes, ceci constitue un affront suprême qui pourrait alors répondre à l’idée évocatrice de l’ancien colonel des troupes de marine. Pourquoi surenchérir ?

    Ambiances économiques
    J’ai toujours considéré que le marché et donc les échanges économiques devaient se faire, ou aurait dû se faire, à l’Est. Or du côté français nous n’avons eu de cesse de développer un marché (avec des conséquences dramatiques pour l’industrie) dédié au tourisme et développé toutes les infrastructures à l’Ouest et dans le Sud de la France. Le TGV Est a été mis en service entre 2007 et 2016 soit 18 ans après le TGV Atlantique. Comme tout le monde le sait après La Rochelle il n’y a….rien d’autre que l’Océan (alors que l’Europe se trouve de l’autre côté du Rhin et bien après). A suivi l’entrée de la France dans le giron de l’OTAN sous la Présidence Sarkozy. Les pays nouvellement entrés dans la Grande Europe ont d’ailleurs tous fait pareil. Cette extension de l’Otan n’était pas prévue par les accords et ont entamé cette dissension entre la Russie et l’Europe, désormais passée sous le giron économique américain.
    Nous aurions dû faire entrer la Russie dans l’Europe. La faire participer aux réunions des Grandes puissances (G8 redevenu G7); l’affront est majeur pour un pays ayant souffert à la fois du communisme et de la deuxième guerre mondiale puis du stalinisme. Nous avons été sourd et aveugle.
    Je dirais plutôt que nous avons été sourd et aveugle à l’orientation américaine depuis leur première intervention en 1917 sur le front européen, et pas compris leur propension au développement économique. Le traité de Washington plus exactement la limitation du tonnage des navires de guerre; ce point ayant été à l’avantage très net des américains et des anglais. Plus les bateaux sont lourds, plus on transporte de produits !
    Les produits anglais sont devenus très vites, anglo-américains. Les cigarettes, la musique, les vêtements, la boisson, les voitures, le rendement et la productivité vus par Taylor, et surtout les banques et les échanges en dollars. Ils ont phagocyté le marché. Cette idée de sortir de cette emprise à été mise en œuvre par le Général de Gaulle. Sans propos ostentatoires je dirais qu’il a été un visionnaire économique. Nous aurions dû, je pense continuer dans cette voie. Nous rapprocher de L’Allemagne, créer un vrai partenariat, sceller une alliance européenne forte avec les 6 pays d’origine avec pourquoi pas une capitale européenne à….Athènes. J’ai le droit de rêver !
    Cette alliance de départ aurait dû nous permettre de nous rapprocher de la Russie après la chute du mur de Berlin et la dislocation du bloc soviétique. Je ne suis pas dans la tête des dirigeants russes mais Poutine qui passait d’ailleurs quelque fois ses jours de vacances avec sa femme à…Biarritz était je pense un signe.
    Je pense que nous avons raté quelque chose ! Nous avons surtout détruit notre industrie et créé une dépendance économique aux produits dits de marché. Pour les américains il ne leur reste à prendre que les marchés français de niche. C’est-à-dire le luxe, le nucléaire, l’armement…C’est en cours !

    Bien à toi Guillaume et merci encore pour la liberté que tu m’accordes pour ces échanges épistolaires.

    Aimé par 1 personne

Répondre à rpgarmor Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.